Archive

Posts Tagged ‘séance planification Scrum’

Faut-il réestimer les stories non terminées ou celles refusées par le PO à la fin du sprint?

June 3rd, 2010 6 comments

À maintes reprises ces derniers mois, j’ai dû répondre à la question qui tracasse beaucoup d’équipes et de Product Owner (PO) lorsqu’ils viennet d’échouer une ou plusieurs stories :

Faut-il réestimer les stories refusées lorsqu’on les prend dans l’engagement du sprint suivant?

Je demande alors ce qui fait sens pour eux. Quelle information tirent-ils de l’estimation d’une storie? Qu’est-ce qui serait le plus pertinent pour réussir le prochain sprint puisque le dernier vient d’échouer?

Les réponses varient bien évidemment, mais le plus important est alors de déclencher avec l’équipe une conversation autour de la notion de vélocité1, de son utilité, de son utilisation. Cette discussion ne fait pas l’objet du billet d’aujourd’hui mais j’y reviendrai éventuellement (au sens québécois du terme 😉 ) dans un prochain billet.

Burndown en story point - Faut-il réestimer les stories non terminées ou refusées à la fin du sprint?

L'allure générale du burndown va varier en fonction de votre façon de gérer les stories échouées à la fin d'un sprint

Aujourd’hui je souhaite principalement partager ma pratique actuelle. Je dis actuelle car ma réflexion et ma préconisation ont évolué au cours du temps.

Actuellement, au moment de la planification d’un sprint, je préconise à l’équipe de réestimer les stories et de mettre à jour le backlog pour refléter l’effort nouvellement évalué. Cette façon de faire à les effets  suivants :

  • lisser la vélocité,
  • réduire le volume global du backlog, (sur l’instant bien entendu car j’exclus ici la création de story ou la réévaluation de story précédemment estimées, etc),
  • perdre l’historique de l’effort initialement estimé pour la story.

Dans le passé, je ne réestimais pas les stories au moment du sprint, l’équipe évaluait ou plutôt devrais-je dire pariait, comme pour un premier sprint, sur le ‘volume’ des stories qu’elle pensait être capable de réaliser. Cette façon de faire avait les effets suivants :

  • générer des fluctuations parfois importantes de la vélocité, pour finalement calculer une moyenne sur le long terme,
  • rendre l’engagement très aléatoire, l’équipe n’avait pas de repère (vélocité précédente) et pariait sur un engagement, comme lors d’un tout premier sprint,
  • conserver le volume du backlog tel qu’initialement estimé (sans faire entrer ici d’autres considérations telles que la réestimation des stories déjà estimées au cours des planifications de release précédentes, la division d’une story en plusieurs, la création de stories,…),
  • maintenir l’historique de l’effort estimé pour la story.

J’ai aussi vu une troisième méthode qui consistait à réestimer ‘oralement’ le reste-à-faire (en story points), mais sans mettre à jour le backlog. Cela permettait de prendre un engagement raisonnable car il incluait le nouvel effort estimé, mais l’engagement affiché était lui très généreux, reprenant l’effort estimé au sprint passé et non mis à jour!

Comme je vous le disais plus tôt la discussion autour de la notion de vélocité était intéressante. Pourquoi réestimer sans mettre le backlog à jour? Mystère! Un bon sujet pour un prochain billet. 😉

Afin de partager vos pratiques, je vous propose de répondre au sondage suivant. Et surtout n’hésitez pas à partager votre expérience en laissant un commentaire.

Comment gérez-vous les stories refusées par le PO lors de planification du sprint suivant?

  • Je réestime et réajuste le pointage au backlog et je m'engage par rapport à ma vélocité connue (57%, 27 Votes)
  • Je ne réestime pas les stories et je 'parie' sur l'engagement (15%, 7 Votes)
  • Je réestime "oralement" pour maîtriser l'engagement mais je garde le pointage inchangé au backlog (13%, 6 Votes)
  • J'utilise une autre méthode (9%, 4 Votes)

Total Voters: 47

Loading ... Loading ...
  1. La vélocité d’une équipe est le nombre story points du backlog brûlés pendant un sprint

Estimer un carnet de produit complet en 2 heures : Wall Planning Poker

April 8th, 2010 2 comments

En quelques semaines, j’ai eu l’opportunité d’animer à plusieurs reprises un atelier d’estimation de l’ensemble d’un carnet de produit.

Le but de cet atelier, aussi appelé Wall Planning Poker®, est d’estimer de façon relative un grand nombre de User Stories en un temps limité1.

Cet atelier est basé sur l’estimation en Planning Poker lors des séances de planification d’itération, cependant, l’équipe n’utilise pas les cartes de planning poker, elle réalise l’estimation en plaçant les User Stories au mur (ou sur une grande table) par rapport au nombre de points évalués. On insiste évidemment beaucoup le côté relatif de l’estimation. Le but de l’exercice, je le rappelle, est d’obtenir une idée de l’ampleur du carnet de produit.

Certes, avec une estimation rapide l’équipe va faire des erreurs, et c’est normal! D’ailleurs, n’en fait-elle pas lors de l’estimation des User Stories pour une seule itération? Pour abaisser le risque d’erreur, l’équipe choisit des User Stories étalons qu’elle révise et publie chacun dans leur “case” respective au mur. De plus, par expérience, j’estime que les cartes surévaluées compensent globalement les cartes sous-évaluées.

Un élément important à la réussite de l’atelier est de passer à l’équipe le message clair que l’estimation n’est pas définitive. Lorsque les User Stories seront inclues dans une itération, elles seront réévaluées par en fonction des éléments d’information acquis à ce moment là. (Mesdames, Messieurs les propriétaires de produit, ce message est aussi pour vous!)

Une fois les étalons établis et les messages passés sur l’estimation relative et non définitive c’est le moment de s’y mettre.

Prévoyez au moins 2 heures pour l’atelier. Si l’équipe n’a jamais estimé auparavant, prévoyez de passer du temps pour établir les premières estimations et obtenir  ainsi vos étalons. Je vous conseille d’ailleurs, dans ce cas, de séparer l’évaluation “détaillée” d’une première itération de l’atelier proprement dit, l’équipe ayant l’opportunité de construire ainsi ses étalons.

Même s’il est préférable que tout le monde participe simultanément à l’estimation de toutes les User Stories, j’ai remarqué dans la pratique que la constitution d’équipes de 4 à 5 personnes est plus efficace. Pourquoi? Pour les deux raisons suivantes principalement :

  • Les discussions dans un groupe 4 ou 5 personnes sont plus riches et surtout moins longues.
  • La division permet de faire une revue de l’estimation de chacun des groupes par un autre groupe.

Comment se déroule l’atelier?

  1. Constituez des équipes de 4 ou 5 personnes multidisciplinaires et multicompétences. Insistez sur le fait de bien répartir les connaissances et compétences dans les équipes.
  2. Distribuez à chacune des équipes des cartes sur lesquelles vous avez imprimé les User Stories du carnet de produit. Essayez dans la mesure du possible de séparer les cartes en conservant groupés les Épics ou les processus. Cela facilite souvent l’estimation du fait de bénéficier de la vue globale de la fonctionnalité. Pensez à vous assurez que si la boîte de temps achève, les User Stories les plus prioritaires auront été estimées.
  3. Chaque équipe bénéficie du temps préalablement déterminé (prévoir 1h à 1,5h) pour classer les cartes au mur. Dans le cas de plusieurs équipes réalisant l’exercice simultanément, avoir trop de monde près du mur peut être gênant. Dans ce cas proposez aux équipes d’utiliser une table avant de reporter leurs cartes au mur.
  4. Une variante de l’exercice consiste à ne pas affecter de points aux cartes tout de suite. Il est intéressant de classer les cartes par rapport à l’effort relatif pour réaliser la fonctionnalité, puis, une fois toutes les cartes évaluées réaliser le pointage au mur.
  5. Une fois toutes les User Stories estimées au mur, demandez à chaque équipe de revoir les cartes pointées par les autres équipes (donner comme consigne, au début de l’atelier, à chaque équipe d’identifier les cartes qu’elle évalue par un signe distinctif). Chacune des équipes restant bien entendu à la disposition des autres pour expliquer un choix. S’il s’avère nécessaire, après discussion, de déplacer des User Stories, faites-le! L’avantage de cette pratique au delà de permettre un croisement des estimations, est de générer des discussions avec tous les participants et de vérifier que chaque équipe est restée proche des estimées étalons. Prévoyez 30 min à 45 min pour cette partie de l’atelier.
  6. Pour conclure l’atelier, comme pour tout atelier ou pour toute réunion importante, prévoyez 15 minutes pour une petite rétrospective.

Le résultat de cet atelier est spectaculaire. Il donne à l’équipe une vue globale du carnet de produit et permet au propriétaire de produit de planifier les futures livraisons, de construire un roadmap. Il permet aussi d’évaluer la faisabilité du projet par rapport aux dates envisagées et de prendre des décisions éclairées sur la stratégie à mener pour réussir vos projets. Cela est d’autant plus vrai et plus pertinent que vous connaissez la vélocité de votre équipe.

Si vous avez des expériences à partager concernant cet ateliers ou des ateliers similaires, laissez-moi un commentaire ;-)! Si vous avez des questions écrivez-moi (tbalbous à pyxis-tech point com)

Si vous avez besoin d’aide, je serai ravi de venir animer cet atelier dans votre équipe. Contactez moi! 😉

  1. time-box